Panier:

0 article - 0,00 €
Votre panier est vide.

0

Bienvenu(e) sur le site des Éditions Plume de Carotte

Elisabeth Combres

elisabeth combresNée en 1967 près de Marseille, Élisabeth Combres a vécu à Angers, Paris, Grenoble, Toulouse et Lima, au Pérou, avant de revenir s’installer en Isère. D’abord journaliste i indépendante, elle a réalisé des reportages en France, en Amérique latine et en Afrique, puis participé à des enquêtes au Maghreb pour « Handicap International » (1990 à 2004).
Au début des années 2000, après avoir été rédactrice en chef du magazine Mikado (Milan Presse), elle s’est tournée vers l’édition jeunesse. Elle a coécrit avec Florence Thinard plusieurs ouvrages sur la guerre et l’information.

Elle se consacre aujourd’hui à l’écriture de livres documentaires, pour adultes et pour la jeunesse, sur la guerre et l’information, dont La Mémoire trouée, un roman sur les enfants rescapés du génocide rwandais.

 

 

Interview de l'auteur

1 - En 2017, Plume de carotte lance une nouvelle collection « Esprits de nature » dont vous êtes directrice de collection, pouvez-vous nous présenter cette collection ?

Les ouvrages de la collection « Esprit de nature » proposent des textes de grands auteurs de la littérature française et étrangère. Chaque recueil est consacré à un auteur et donne à lire de belles pages sur la nature, des pages surprenantes, drôles, qui font rêver, ou amènent à réfléchir sur la place de l’être humain dans la nature.

Cette collection propose d’entrer dans les grandes œuvres de la littérature par une porte dérobée, mais essentielle, celle de la nature, de donner un coup de projecteur à des textes traitant de nature, de montrer à quel point ces auteurs et ces œuvres peuvent être proches de notre époque, de notre quotidien et de nos préoccupations. Certains de ces textes sont écologistes sans le savoir, d’autres appellent à courir les bois, à méditer et se ressourcer dans les prés, à observer les fleurs et cultiver son jardin, à défendre les beautés naturelles qui nous entourent.

J’espère que ces « Esprits de nature » ouvriront des portes, donneront envie de lire avec gourmandise et curiosité, plaisir et simplicité, à poser notre regard d’habitants de la Terre du XXIe siècle sur ces grands textes qui ont fait l’histoire de la littérature. À les lire, chacun à sa manière : en extraits de nature, à travers un roman choisi ou dans l’intégralité de l’œuvre si affinités !

2 - Comment est-elle née ?

La collection « Esprit de nature » a été pensée dans la continuité de l’ouvrage Quand la nature inspire les écrivains, publié en novembre 2015 chez Plume de Carotte. Dans cet ouvrage, j’ai présenté une cinquantaine d’auteurs, en proposant un texte qui raconte la nature dans la vie et l’œuvre de l’auteur, suivi d’un extrait choisi qui donne à goûter la nature sous la plume de cet auteur.

La collection est née d’un envie de développer cette partie anthologie de Quand la nature inspire les écrivains, et de donner à lire plus d’extraits de textes en lien avec la nature. Avec Quand la nature inspire les écrivains, on découvre ou on redécouvre le lien avec la nature d’une sélection de grands auteurs. Avec « Esprit de nature », on prend le temps d’une immersion plus longue chez un auteur en particulier.

3 - Quels sont les premiers auteurs mis en lumière ? Et pourquoi ces auteurs ?

Pour lancer la collection et pour prendre le temps de la laisser grandir, nous avons choisi de commencer par des auteurs dont les textes sont dans le domaine public. Nous proposons ainsi un chemin balisé, pour les amoureux de la nature, dans des œuvres souvent monumentales, foisonnantes. Toutes ces œuvres sont accessibles gratuitement en version numérique pour qui veut poursuivre l’exploration proposée dans nos « Esprits de nature » et trouver son propre chemin. Et, bien sûr, en édition papier, il est possible de trouver aujourd’hui des analyses et des traductions réactualisées de ces textes dont on n’a pas fini de découvrir les finesses, l’envergure et la beauté.

Les trois premiers auteurs, à paraître le 26 janvier, sont Pierre Loti, Edgar Allan Poe et Ivan Tourgueniev. Ils seront suivis, au mois de mai, par George Sand, Octave Mirbeau et Henri Bernardin de Saint-Pierre.

4 - Comment procédez-vous pour choisir les textes ?

Le choix des textes au sein des œuvres s’est fait différemment selon les auteurs. Certains comme Pierre Loti ou George Sand ont une œuvre si colossale que j’ai fait le choix de privilégier les récits, essais, lettres et journaux intimes plutôt que les romans. Ce type de textes, que les anglo-saxons appellent non-fiction, révèle une pensée, une manière d’être face aux autres et au monde. Ils sont parfois d’une grande proximité avec notre époque, malgré le temps qui nous en sépare. Ils nous rapprochent, nous lecteurs, des hommes et des femmes qu’étaient ces écrivains, de leur vision et de leur pratique de la nature au quotidien. Ainsi, Pierre Loti et George Sand ont chacun écrit un texte pour défendre un site naturel, domaine de Roche-Courbon pour le premier, forêt de Fontainebleau pour la seconde, qui n’ont pas pris une ride. Sans parler de leur plaisir, nostalgique ou gourmand, à contempler les paysages et à s’imprégner de la nature qu’ils ont traversée en différents coins de la planète.

J’ai parfois sélectionné des textes pour ce qu’il disait d’inattendu sur un auteur. Ainsi, pour Edgar Allan Poe, j’ai souhaité montrer l’opposition, qui définit toute son œuvre, entre nature horrifique et merveilleuse nature. Mais j’ai aussi voulu mettre en lumière l’humour dont il fait preuve même dans ses récits les plus noirs, et cette capacité à nous amener à regarder autrement le monde qui nous entoure. Quand, par exemple, inspirant Jules Verne au passage, il nous emmène en ballon jusqu’à la lune et nous montre, avant l’heure, la Terre et ses beautés naturelles vues du ciel.

J’ai aussi choisi des textes parce qu’ils se faisaient écho, d’une partie de l’œuvre à l’autre, voire avec d’autres auteurs. C’est le cas pour Ivan Tourgueniev dont la correspondance éclaire la création, tel ce rêve où il se fait oiseau, qu’il raconte avec finesse et drôlerie dans sa correspondance, et dont il fera un conte fantastique, à la fois terrifiant et merveilleux. Et là, encore, les siècles se répondent. Tel passage de la nouvelle de Tourgueniev nous projette dans l’ULM du réalisateur du film Le peuple migrateur, à hauteur d’oie sauvage. Un autre rêve, celui de George Sand cueillant des créatures à forme humaine au bout des branches, nous emmène au cœur de l’arbre de Tobbie Lolness, qui abrite le peuple minuscule créé par l’auteur jeunesse Timothée de Fombelle. L’histoire de la littérature et des arts est riche de ces connexions inattendues.

L’idée de cette collection est d’extraire des passages de gros ouvrages dans lesquels ils sont parfois oubliés ou éclipsés par d’autres passages que la postérité a privilégiés. Ces « Esprits de nature » proposent de butiner dans les œuvres, de parcourir autrement l’histoire de la littérature, de s’autoriser à lire des textes choisis pour eux seuls et non pour l’appréhension d’une œuvre entière, comme on profite du moment présent sans se préoccuper d’hier ni de demain.

Et pour profiter au mieux, surtout, ne pas oublier de s’installer sous un arbre ou le nez à hauteur des géraniums de son balcon, dans l’herbe, sur un canot ou un transat, et de se laisser caresser par la brise, réchauffer par le soleil, absorber par la nature… Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les auteurs que j’ai choisis !

 

Tous les livres de l'auteur aux éditions Plume de carotte

 

© 2014 Les Éditions Plume de Carotte. Tous droits réservés.